Eli Lotar au Jeu de Paume ★★★★☆

Eli LotarL’exposition est consacrée à un photographe originaire de Roumanie, Eli Lotar. Un premier cartel d’introduction situé avant d’entrer dans l’espace scénographique nous présente l’artiste : Arrivé à Paris en 1924, il apprend le métier auprès de Germaine Krull. Il développera alors une photographie moderne et participe à l’émergence d’une « Nouvelle Vision » visant à révéler le monde sous un autre angle. Les commissaires ont fait le choix d’une exposition thématique permettant une diversité d’approche qui permet d’épouser le plus largement possible tout l’œuvre de l’artiste, un point appréciable. Ainsi on découvre au fil de la visite les divers champs d’expérimentations du photographe : ses pérégrinations urbaines à la fois poétiques et engagées, ses reportages et ses voyages mais aussi l’atmosphère du divertissement dans lequel il est plongé dès son arrivée en France.

Découpé par sections, le parcours de l’exposition est clair, agréable et rythmé par une utilisation judicieuse et réfléchie du multimédia. La diffusion de son film documentaire Aubervilliers au milieu de la salle consacrée à la section « engagement documentaire » est un défi scénographique relevé avec succès. Une structure noire semi-ouverte englobe quelques bancs afin de profiter de la projection sans gêner le reste des visiteurs. Plus loin, deux écrans projettent photographies et films dont la bande sonore est disponible par casque audio. La visite se fait sans encombrements sonores, propice à la tranquillité et permettant au visiteur de se concentrer sur le discours des commissaires.

Très réflexive, la scénographie met en scène les recherches de l’artiste notamment pour sa série sur la foule visitant la Foire de Paris en 1928 qui m’a inspirée pour illustrer cet article. Cadrage à ras du sol influencé par le cinéma, enregistrant les pieds des passants qui déambulent devant son Ermanox, les photographies sont présentées alignées à hauteur de mollets plongeant le visiteur dans la peau de l’artiste.

Doté d’une valeur éminemment documentaire dont les témoignages photographiques résonnent encore aujourd’hui – une de ses séries emblématiques est photographiée aux abbatoirs de la Villette en 1929 – son travail est également empreint de recherches formelles et plastiques qui flirte avec les mouvances surréalistes. Un parfum de poésie surprenante et étrange flotte dans les salles du Jeu de Paume.

Photographe de l’étrange et de la misère, l’exposition vous immerge dans la vie nocturne de la « ville lumière » sans en épargner les recoins sombre de Paris. Eli Lotar vous offre également dans un voyage spacio-temporel au sein des sites archéologiques de Grèce.

En somme, le propos est complet, bien illustré et expliqué. Je regrette seulement l’absence de cartels développés qui auraient pu éclairer quelques photographies afin de guider le visiteur dans sa compréhension de la technique et la réflexion photographique de Lotar.

Cette exposition peut-être mise en corrélation avec la rétrospective dédiée à Walker Evans, un deuxième photographe héritier du grand Eugène Atget, qui se déroule au centre Pompidou. Elles se complètent par ailleurs très bien concernant l’étude de la photographie de reportage des années 1930 en France et outre-atlantique.

Il ne vous reste plus que quelques jours pour découvrir cette exposition alors n’attendez plus !

Informations pratiques :

Jusqu’au 28 Mai 2017 au Jeu de Paume, ouvert le mardi de 11h à 21h, du mercredi au dimanche de 11h à 19h. Fermeture le lundi.

Plein tarif 10€ – Tarifs réduit 7,50€

 /!\ Le 23 Mai à 18h visite commentée des expositions en cours par un conférencier du Jeu de Paume

Liens utiles :

La fiche de l’exposition : http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=2686

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s